• Instagram
  • Facebook

© Jaguar Arte 2019

La plus grande création paysagiste du monde

Depuis les origines, l’homme a toujours cherché à comprendre le monde qui l’entoure, à domestiquer les paysages à son avantage, à utiliser la nature pour faire passer un message. Dans ce processus d’appropriation, l’art, depuis ses formes les plus primitives, joue un rôle de premier plan. Pour s’en convaincre, il suffit de contempler les dizaines de milliers de peintures rupestres ornant les grottes de Chiribiquete, parc national situé dans les départements colombiens de Caquetá et Guaviare. Il y a environ vingt-mille ans, les hommes habitant cette région ont voulu marquer dans la roche leur passage, une sorte de témoignage à destination des générations futures.

Grottes de Chiribiquete

Cette volonté d’utiliser et de placer la nature au centre de la composition artistique s’est perpétrée au fil du temps jusqu’à atteindre son expression symbolique la plus aboutie : le paysagisme. Dans le cadre de la Colombie, les œuvres peintes selon une approche paysagiste visaient avant toute chose à magnifier la nature colombienne, symbole par excellence de l’identité nationale, motif de fierté extrême pour tout citoyen colombien. De tels sentiments se retrouvent dans les œuvres d’Alejandro Obregón et de Noé León, principaux représentants du paysagisme colombien.

Lever du soleil sur les Andes, Alejandro Obregón

Dans cette œuvre intitulée « Lever du soleil sur les Andes », ornant les couloirs du 1er étage du siège des Nations Unies à New-York, Obregón a voulu traduire toute la magnificence de la flore et de la faune andine ; on aperçoit plusieurs vautours des Andes, à travers l’emploi de couleurs chaudes, en particulier l’orange et le jaune, qui illuminent littéralement la composition. Si la volonté d’Obregón d’exalter la fierté d’être colombien, via la représentation magnifiée de ses paysages, ne fait aucun doute, il ne serait néanmoins pas possible de considérer son travail comme l’aboutissement du paysagisme, même s’il en constitue une étape majeure. La non représentation d’une relation harmonieuse entre l’Homme et la nature explique en grande partie cette analyse. En d’autres termes, il aurait ouvert la voie à d’autres initiatives, d’autres artistes, ceux-là mêmes qui, à travers leurs compositions paysagistes, allaient essayer de réconcilier ces deux entités. Entre la réalisation de Lever du Soleil sur les Andes et l’achèvement du projet de jardin vertical de l’Edificio Santalia, à Bogota, le plus grand jardin paysagiste urbain du monde, trois décennies furent nécessaires. Á lui seul, ce projet porte la volonté de réconcilier l’homme et la nature.

Edificio Santalia, à Bogota

Entièrement piloté par les entreprises colombiennes Exacta Proyecto Total et Groncol, avec la collaboration de l’entreprise espagnole Paisajismo Urbano, il démontre la capacité de Colombie à innover dans le domaine des bâtiments éco-responsables, et à faire de sa capitale un exemple en la matière. Véritable prouesse technologique et écologique, l’édifice tout entier est recouvert de 84 000 plantes, sur une surface de 3117 m2, faisant définitivement de ce projet le plus grand jardin vertical du monde. La structure en béton de l’immeuble sert d’accroche aux plantes et végétaux, alors même que sa construction a dû supposer la destruction de milliers de végétaux. Une nouvelle bienveillance que la nature récompense puisque l’ensemble du jardin produit de l’oxygène pour 3000 personnes et permet de filtrer 2000 tonnes de Co2 et autres gaz à effet de serre ainsi que 400 kg de poussières produites par la pollution. 


Même si ce jardin artificiel, pensé et installé par l’homme, il n’en reste pas moins une prouesse de la nature qui a accepté de mettre ses vertus au service de ce dernier car il a prouvé qu’il en était digne. Le fait que cette nouvelle relation ait émergée dans une ville située au carrefour des questions environnementales, montre que le changement est possible et qu’une nouvelle ère s’ouvre. Reste à présent à pérenniser et suivre cet exemple vertueux.


Antoine Troccaz