The archaeologist's dream

Updated: Nov 28, 2020

Interview with Stéphen Rostain by Jean-Marc Desrosiers


(Version originale en Français ci-dessous - Original version in French below)


Jean-Marc Desrosiers: Stéphen Rostain, you are research director at the CNRS (The French National Centre for Scientific Research), thesis director, author, archaeologist, often in the field in the Amazon, but at the same time you are the leader of a rediscovery of the Amazon. This virgin forest in our collective imagination would in fact be a land shaped by its first inhabitants! How did this thesis come about?


Stéphen Rostain: In fact, it is a whole group of non-conformists who have helped to revise the prejudices that have long dominated people's minds. In the twentieth century, we followed the theory of ecological determinism, which suggests the culture was determined by the geography. In the 1980s a generation of anthropologists contradicted the passive alienation of Native Americans from the weight of nature. On the contrary, their research shows that current forest populations ingeniously manage their environment.

Later, I helped provide evidence that this intimate interaction between humans and nature was even more intense in the past. Pre-Columbian agricultural traces such as the immense flood-prone savannas covered with raised fields - like those I discovered in Guyana - or the enormous spaces of anthropogenic black earth along the Amazon which directly bear witness to this past grandeur.



JD: Let's take a look at one of the most exceptional sites, inscribed on the UNESCO World Heritage List in 2018: Chiribiquete. For all those who discover the photos, Chiribiquete is a real shock: a site of exceptional beauty and breathtaking cave paintings. I believe that you are among the few archaeologists to have been able to go there?



SR: This is a place that at first glance is completely inhospitable to humans, sandwiched between the Andes to the west, the Guyanas to the east, the Colombian savannas to the north and the dense Amazon rainforest to the south. Seen from the sky, Chiribiquete, in Colombia, offers a lunar landscape of plateaus cut into sharp points and poor in vegetation. A few eerie rivers with dark waters at night, edged with Siberian white beaches and golden swirling eddies flow in narrow and deep gorges before disappearing. Out of this apocalyptic desolation emerge extraordinary rock formations with perfectly vertical walls and uneven terrain. They are tepuyes.

There, the Amerindians have painted for millennia grandiose panels on the site of Chiribiquete. The term site is also limiting because there are actually dozens of distinct decorated places. Each brings together a multitude of patterns and creatures and various signs that participate in a giant pictorial zoo. To date, more than 75,000 designs have been recognized on the walls of 58 rock shelters distributed at the foot of the various tepuis. Much more, La Lindosa, another set of tepuis further north, also preserve equally astonishing rock art.


JD: One cannot help but seek explanations for these cave paintings. What are the current possible meanings of these paintings?


SR: A first glance at the works suggests bats, tapirs, jaguars, fish and other animals. Yet a closer look reveals inconsistent details that invalidate a secure identification. They are striped jaguars, tailless and with too many claws, or figures with insect-like bodies. Neither animals nor humans, these beings probably belong to the wonderful world of Amerindian mythology. This strange community undoubtedly constitutes a set of mythical pictograms, involving animals, humans, non-humans, spirits, plants, masters of nature and other living beings of this world and beyond.

Rather than trying to decipher the animal species depicted, perhaps we should look at the figurative scenes, which are probably easier to understand and richer to teach.



JD: A sentence on the Unesco website catches our attention: “More than 75,000 paintings were made by indigenous peoples… and are still painted today by the isolated peoples protected by the national park. " What do we know about these peoples? Have they been approached to find out their relationship to these paintings and is there a continuity of an ancestral pictorial practice?


SR: The Colombian Amazon is today the melting pot of many ethnicities resulting from a long tradition of exchanges, conflicts, alliances and crossbreeding. On the other hand, the archeology of the Guaviare basin is almost unknown, in particular because of the dangerous presence of FARC for decades. Today, thanks to the peace agreements signed with the government, the political tension which prevailed has weakened, so excavations could be organized in La Lindosa. It has been dated as over 12,000 years old. The dates could be even older in Chiribiquete, where the timeline shows installations over several periods, until the present day. It has indeed been noted that there are very recent traces of Amerindian.

It is difficult in any case, to discern a pictorial continuity in the long term. On the other hand, certain motifs seem directly inspired by still vivid myths, such as those of the constellation of the four monkeys (Orion) or of the canoe-animal (jaguar) which transported the first humans and the spirits of nature.



JD: Your work and those of your colleague and friend Dimitri Karadimas have brought a new interpretation of Amerindian iconography, in particular by giving back to animals and plants the place they occupy in mythologies, cosmogony and also in the living world of the peoples of 'Amazonia.


SR: Dimitri Karadimas, a brilliant anthropologist, initiated a fundamental reversal of the iconographic paradigm of South American art. He analysed the many Native American myths and compared it to the art, which allowed him to rediscover the essence of the artist's intention. I felt very close to this vision since I myself had initiated a comparable reflection on Amerindian archaeological landscapes. Since his death in 2017, I have promised myself to continue his work and make it known to as many people as possible.

A striking example of this research is that of anthropomorphic beings showing their fangs and sometimes adorned with horns, common in Native American art. Many see it as jaguars, others as devils. In reality, they are anthropomorphized wasps, the two horns representing the mandibles of the beast. Not just any wasp, but a pompile, tarantula predator that lays its eggs in its body. The larvae develop internally, feeding on the living arachnid. This representation obviously resonates with the pervasiveness in the Native American world of notions and anthropomorphization, transformation and predation.



JD: Has this symbolism survived and is it still found today in Native American works, whether ornamental or works of art?


SR: This type of representation of the world still persists today among Amerindians, even if certain groups, closer to the industrialized world of the West, have absorbed external concepts, notably Christianity. Iconography has thus often evolved, intermingling by adding exterior features or by erasing traditional elements. However, the mythological and artistic essence remains significant.

The permanence of Amerindian iconographic thought is therefore obvious, sometimes preserved thanks to its capacity for syncretism and a certain representational stability of basic concepts.


JD: Stéphen Rostain, you yourself are a draftsman and watercolourist, as can be seen in this beautiful reconstruction of an Amerindian village on the coast of Guyana.

What relationship does an archaeologist have with pictorial representations and with art?


SR: An archaeologist is constantly confronted with a vanished world, the bearers of the past culture that reveal they are no longer there. Art is an important aspect of these societies, since it is present everywhere on ceramics and stone. However, it is difficult to understand without the interpretive keys. The analogy with current communities is obviously a clue, but not sufficient. It is the researcher's job to detect other avenues of inference.

I started doing archaeological watercolors to fill in the moments of inactivity in the field, torrents of rain regularly cloistering the digger in his hammock. Then, I decorated a lot of pottery, the realization of the decoration allowing me a fine observation while teaching me the original gesture of the artist. Finally, on the basis of my excavations, I began to represent artistic reconstructions of archaeological sites.However, I do not make a profession of it because it remains above all a hobby.



JD: You pursue a lot of activities, but what would be the project you would like to focus on in the near future?


SR: There is obviously my research on the hundreds of man-made mounds of earth dating back over 2,000 years, at the foot of the powerful Sangay volcano - currently in permanent eruption - in the Ecuadorian Amazon.

On the other hand, I am continuing my drive to disseminate knowledge about the Amazon, a field almost deserted in France. I just published a new book on "Amazonia, feminine archeology" because it is probably the only region in the world where women archaeologists are almost twice as numerous as men.

I am currently working on future mainstream books. I also put a lot of emphasis on a very original children's book project with an illustrator friend. The subjects are endless in the world's largest tropical forest. Moreover, the real threats hanging over it make it all the more essential to know it beyond prejudice.


(Version originale)


Le rêve de l’archéologue

Interview de Stéphen Rostain recueilli par Jean-Marc Desrosiers pour Jaguar Arte 08 2020


Stéphen Rostain, vous êtes directeur de recherche au CNRS, directeur de thèses, auteur, archéologue, souvent sur le terrain en Amazonie, mais vous êtes parallèlement le chef de file d’une redécouverte de l’Amazonie. Cette forêt vierge dans notre imaginaire collectif serait en fait une terre façonnée par ses premiers habitants ! Comment cette thèse est-elle apparue ?


En réalité, c’est tout un groupe d’empêcheurs de tourner rond qui a contribué à réviser les aprioris ayant longtemps dominé les esprits. Au XXe siècle, on suivait la théorie du déterminisme écologique qui voulait que la géographie décide de la culture. Dans les années 1980 a surgi une génération d’anthropologues contredisant l’aliénation passive des Amérindiens au poids de la nature. Leurs recherches démontrent au contraire que les populations forestières actuelles gèrent ingénieusement leur milieu.

Par la suite, j’ai contribué à fournir les preuves que cette intime interaction entre les humains et la nature était encore plus intense autrefois. Les traces agricoles précolombiennes telles les immenses savanes inondables couvertes de champs surélevés – comme ceux que j’ai découverts en Guyane – ou les énormes espaces de terre noire anthropique le long de l’Amazone témoignent directement de cette grandeur passée.



Penchons-nous sur un des sites les plus exceptionnels, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2018 : Chiribiquete. Pour tous ceux qui découvrent les photos, Chiribiquete est un véritable choc : un site d’une beauté exceptionnelle et des peintures rupestres à couper le souffle. Je crois que vous êtes parmi les rares archéologues à avoir pu vous rendre sur place ?


Voilà un lieu de prime abord complétement inhospitalier pour l’humain, enserré entre les Andes à l’ouest, les Guyanes à l’est, les savanes colombiennes au nord et la dense forêt tropicale d’Amazonie au sud. Vu du ciel, Chiribiquete, en Colombie, offre un paysage lunaire de plateaux découpés en pointes et tranchants, pauvres en végétation. Quelques inquiétantes rivières aux eaux noires de nuit, marbrées de plages d’un blanc sibérien et de remous en spirales mordorées coulent dans des gorges étroites et profondes avant de mourir en cascade famélique. De cette désolation apocalyptique émergent d’extraordinaires formations rocheuses aux parois parfaitement verticales et aux sommets plats tourmentés. Ce sont des tepuyes.

Là, les Amérindiens ont peint depuis des millénaires de grandioses panneaux dans le site de Chiribiquete. Le terme de site est d’ailleurs réducteur car, il y a en réalité des dizaines de lieux distincts décorés. Chacun réunit une multitude de motifs d’êtres et de signes divers qui participent à un zoo pictural géant. Ont été reconnus, jusqu’à présent, plus de 75 000 dessins sur les parois de 58 abris-sous-roche distribués au pied des différents tepuys. Bien plus, La Lindosa, un autre ensemble de tepuys plus au nord, conserve également un art rupestre tout aussi stupéfiant.


On ne peut s’empêcher de chercher des explications à ces peintures rupestres. Quelles sont aujourd’hui les thèses retenues ?


Un premier coup d’œil aux œuvres laisse penser à des chauves-souris, des tapirs, des jaguars, des poissons, etc. Pourtant, un examen plus attentif trahit des détails incohérents qui invalident une identification sûre. Ce sont des jaguars rayés, sans queue et aux trop nombreuses griffes ou des personnages au corps insectiforme. Ni animaux, ni humains, ces êtres appartiennent vraisemblablement au monde merveilleux de la mythologie amérindienne. Cette étrange communauté constitue sans doute un ensemble de pictogrammes mythiques, impliquant animaux, humains, non-humains, esprits, végétaux, maîtres de la nature et autres êtres vivants de ce monde et de l’Au-Delà.

Plutôt que d’essayer de déchiffrer les espèces animales représentées, peut-être faudrait-il se pencher sur les scènes figurées, probablement plus faciles à comprendre et plus riches d’enseignement.


Une phrase sur le site de l’Unesco retient notre attention :

« Plus de 75 000 peintures ont été réalisés par les peuples autochtones… et le sont encore de nos jours par les peuples isolés protégés par le parc national. »

Que sait-on de ces peuples ? Les a-t-on approchés pour connaître leur relation à ces peintures et y aurait-il une continuité d’une pratique picturale ancestrale ?


L’Amazonie colombienne est aujourd’hui le creuset de nombreuses ethnies issues d’une longue tradition d’échanges, de conflits, d’alliances et de métissages. A contrario, l’archéologie du bassin du Guaviare est quasiment inconnue, notamment à cause de la dangereuse présence des FARC durant des décennies. Aujourd’hui, grâce aux accords de paix signés avec le gouvernement, l’électrique tension qui régnait a faibli, aussi des fouilles ont pu être organisées à La Lindosa. Des datations de plus de 12 000 ans ont été obtenues. Les âges pourraient être même plus anciens à Chiribiquete, où la chronologie montre des installations à plusieurs reprises, jusqu’à nos jours. Des traces toutes récentes de passage amérindien ont en effet été relevées.

Difficile en tout cas, de discerner une continuité picturale sur le long terme. En revanche, certains motifs semblent directement inspirés par des mythes encore vivaces, comme ceux de la constellation des quatre singes (Orion) ou de la pirogue-animale (jaguar) ayant transporté les premiers humains et les esprits de la nature.


Vos travaux et ceux de votre collègue et ami Dimitri Karadimas ont apporté une nouvelle interprétation de l’iconographie amérindienne notamment en redonnant aux animaux et aux plantes la place qu’ils occupent dans les mythologies, la cosmogonie et aussi dans le monde vivant des peuples d’Amazonie.


Dimitri Karadimas, brillant anthropologue, a initié un renversement fondamental de paradigme iconographique de l’art sud-américain. Il a analysé les nombreux mythes amérindiens pour les confronter à l’art, ce qui l’a autorisé à retrouver l’essence même de l’intention de l’artiste. Je me suis senti très proche de cette vision puisque j’avais moi-même amorcé une réflexion comparable sur les paysages archéologiques amérindiens. Depuis sa disparition en 2017, je me suis promis de poursuivre son œuvre et de la faire connaître au plus grand nombre.

Un exemple saisissant de cette recherche est celui des êtres anthropomorphes montrant leurs crocs et parfois munis de cornes, communs dans l’art amérindien. Beaucoup y voient des jaguars, d’autres des diables. En réalité, ce sont des guêpes anthropomorphisées, les deux cornes représentant les mandibules de la bête. Pas n’importe quelle guêpe, mais une pompile, prédatrice des mygales qui pond ses œufs dans son corps. Les larves se développent à l’intérieur en se nourrissant de l’arachnide vivant. Cette représentation résonne évidemment avec l’omniprésence dans le monde amérindien des notions et d’anthropomorphisation, de transformation et de prédation.


Cette symbolique a-t-elle survécu et se retrouve-t-elle encore aujourd’hui dans les réalisations amérindiennes qu’il s’agisse d’ornementation ou d’œuvres d’art ?


Ce type de représentation du monde persiste encore aujourd’hui chez les Amérindiens, même si certains groupes, plus proches du monde industrialisé occidental, ont absorbé des concepts extérieurs, notamment chrétiens. L’iconographie a ainsi souvent évolué, se métissant par l’ajout de caractéristiques extérieures ou en effaçant des éléments traditionnels. Toutefois, l’essence mythologique et artistique reste prégnante.

La permanence de la pensée iconographique amérindienne est donc une évidence, parfois préservée grâce à sa capacité de syncrétisme et une certaine stabilité représentationnelle des concepts de base.



Stéphen Rostain vous êtes vous-même dessinateur et aquarelliste comme on peut le voir sur cette belle reconstitution d’un village amérindien de la côte de Guyane.

Quel rapport un archéologue entretient-il avec les représentations picturales et avec l’art ?


Un archéologue est en permanence confronté à un monde disparu, les porteurs de la culture passé qu’ils révèlent n’étant plus là. L’art est un des aspects importants de ces sociétés, puisqu’il est présent partout sur la céramique et la pierre. Il est pourtant difficile à comprendre en l’absence des clés interprétatives. L’analogie avec les communautés actuelles est évidemment une piste, mais pas suffisante. C’est le travail du chercheur de détecter d’autres voies d’inférence.

J’ai commencé à faire des aquarelles archéologiques pour meubler les moments d’inactivité sur le terrain, des torrents de pluie cloîtrant régulièrement le fouilleur dans son hamac. Puis, j’ai dessiné beaucoup de poteries, la réalisation du décor me permettant une observation fine tout en m’apprenant le geste originel de l’artiste. Enfin, sur la base de mes fouilles, je me suis mis à représenter des reconstitutions artistiques de sites archéologiques. Mais, je n’en fais pas profession car cela reste avant tout un passe-temps.


Vous poursuivez de très nombreuses activités mais quel serait le projet sur lequel vous aimeriez vous concentrer prochainement ?


Il y a évidemment mes recherches sur les centaines de monticules artificiels de terre remontant à plus de 2000 ans, au pied du puissant volcan Sangay – actuellement en éruption permanente – en Amazonie équatorienne.

D’un autre côté, je poursuis ma dynamique de diffusion des connaissances sur l’Amazonie, champ quasiment déserté en France. Je viens de publier un nouveau livre sur « Amazonie, l’archéologie au féminin » car c’est probablement la seule région au monde où les femmes archéologues sont presque deux fois plus nombreuses que les hommes.

Je travaille en ce moment sur de futurs livres grand public. Je mise également beaucoup sur un projet d’ouvrage très original pour enfants avec un ami illustrateur. Les sujets sont infinis dans la plus grande forêt tropicale du globe. En outre, les menaces réelles qui pèsent sur elle rendent d’autant plus indispensable de la faire connaître au-delà des préjugés.



Ouvrages récents de Stéphen Rostain :


Islands in the rainforest. Landscape management in pre-Columbian Amazonia, Left Coast Press, Walnut Creek, 2012.


Amazonie. Les 12 travaux des civilisations précolombiennes, coll° Science à plume, Belin, Paris, 2017.


Amazonie, l’archéologie au féminin, Belin, Paris, 2020.


Crédits photographiques ©Stéphen Rostain



Stéphen Rostain, est archéologue et directeur de recherche au CNRS.

Il travaille depuis 30 ans en Amazonie et dans la Caraïbe, particulièrement en Guyane et en Équateur, où il a organiséet dirigé plusieurs programmes interdisciplinaires et internationaux. Il a également fouillé en France, au Mexique, au Guatemala, à Aruba, au Surinam et au Brésil. Il est auteur de 305 publications parmi lesquelles une trentaine de livres, tant scientifiques que grand public. Il a en outre réalisé des expositions dans divers pays. En 2013, il a organisé et présidé le 3e Congrès International d’Archéologie Amazonienne, avec près de 400 participants à Quito.


  • Instagram
  • Facebook
  • LinkedIn

© Jaguar Arte 2020